Face à la Nature (BENIN)

N’avez-vous jamais rêvé de voir comment évoluerait la nature sans l’intervention de l’Homme ? Alors suivez-nous au nord du Bénin, dans le parc de la Penjari !

Après avoir franchi l’entrée du parc, dans le petit village de Batia, nous croisons déjà la route d’un troupeau d’éléphants. Un peu plus loin ce sont les babouins qui nous souhaitent la bienvenue. C’est parti nous voilà au cœur de la nature avec un grand N. Nous roulons le long de la chaine de l’Atakora. La seule chaine de montagnes (ou de collines…) que compte le pays. Les petites montagnes, dont la plus haute culmine à 800m à peine, sont souvent couvertes de jolies forêts alors qu’elles se terminent souvent par des falaises rocheuses. A leurs  pieds de verte prairies nous prouvent que la saison des pluies vient de commencer après 6 longs mois de sécheresse. Puis à perte de vue s’élance la grande savane africaine. Cette grande savane qui fait rêver, rêver d’évasion, de grands espaces, de liberté !

Dans ces grands espaces de liberté, les antilopes galopent en troupeaux et jouent à bondir . A notre vue, elles nous observent, et le moment venue fuient la présence de ces inconnus que nous sommes. Tels des joueurs de rugby, feintent et crochètent dans un sens puis dans l’autre, tel des sauteurs de haies, elles s’élancent par-dessus rivières et arbres couchés, tels des sprinters s’évadent plus loin, là où l’Homme, le plus grand prédateur ne met pas les pieds.

Nous, perchés sur le toit du 4X4, nous observons ce spectacle fabuleux. Nos narines hument des parfums naturels envoutants, nos sens s’éveillent, le vent nous caresse et nous permet de supporter l’hardeur du soleil.

C’est la grande mélodie de la nature et le chant d’une multitude d’oiseaux tous plus colorés les uns que les autres qui fait danser antilopes, antilopes cheval, buffles, phacochère, éléphant, singes etc..

Le spectacle est grandiose, étourdissant et nous en savourons chaque instant.

A midi, alors que nous sommes dans le parc depuis 7h du matin, nous pic-niquons à l’ombre d’un arbre avec les employés d’un des 2 hôtels du parc.  Fermé depuis le 31 mai, il rouvrira en décembre pour la saison sèche (et saison touristique) . Après avoir dégusté les mangues du marché de Tanguieta nous reprenons notre aventure dans la savane béninoise. Nous longeons la rivière Penjari qui fait frontière avec le Burkina voisin, et devant nos yeux, comme depuis le matin, le plus beau spectacle qui m’a été donné de voir continue.

Nous nous arrêtons à la mare sacrée. En saison sèche tous les animaux s’y rejoignent pour trouver à boire. C’est donc un point d’observation privilégier. Comme les pluies ont déjà commencé depuis un mois, les points d’eau perdent de leur intérêt pour le visiteur qui à plutôt intérêt à arpenter les pistes pour croiser les troupeaux. Cependant le lieu prête au repos et à la tranquillité. Ça tombe bien puisque c’est l’heure de la sieste. Nous devions rester là jusqu’à 16h et faire comme les animaux : se cacher de la chaleur de l’après-midi. Mais alors que nous observons les hippopotames et crocodiles, le ciel alors parfaitement dégagé, se charge en très peu de temps. Rapidement il s’assombrit et il ne faudra pas attendre longtemps pour que la pluie, précédée d’un fort vent, se mettent à battre son plein. Alors que nous nous hâtons de nous mettre à l’abri, nous pouvons constater que l’animal le plus évolué (paraît-il) est le seul à craindre la pluie. Les autres restent de marbre face aux trombes d’eaux qui s’abattent. Au contraire ils semblent jouir de cette eau qui leur tombe sur la tête, et même les oiseaux jouent avec le vent qui les berce,les bouscule et les stimule.

A 16h, comme prévus, nous reprenons la piste. La pluie a cessé depuis un petit moment. Et jusqu’à la fin de journée nous observons la nature dans son état le plus brute.

Nous gagnons le lieu de bivouac. Alors que nous échangeons avec Jacques, notre guide. Le jeune apprenti s’occupe de ramasser du bois et de faire le feu. Jacques est un fervent défenseur des traditions, des valeurs simples que cultivaient les Africains, et de son environnement. Il fuit la modernité destructrice et les désirs qu’elle provoque. Il se plaint de voir petit à petit les jeunes de sa génération ou des suivantes, oublier d’où ils viennent et de caricaturer un monde qu’ils ne connaissent pas ou qu’à travers le cinéma (des scénarios comme il dit). «  Pourquoi veulent-ils ressembler à des hipopiens ? Que trouvent-ils à s’éterniser devant des sénarios et des gens qui tirent sur tout ce qui bouge ? Avant les vieux racontaient des histoires aux jeunes garçons, et les vieilles aux jeunes filles. ça les éduquait. Qu’elle est leur éducation aujourd’hui ? Ce sont des fainéants qui prennent tout le négatif d’un monde qu’ils ne connaissent même pas. »

Jacques construit avec patience un campement (hôtel) naturel et écologique. Avec les savoir-faire ancestraux. Il se demande encore pourquoi les gens remplacent leur toit de chaume par de la taule qui n’isole pas de la chaleur, rouille, coute cher, et rend malade. Il s’étonne de voir ses frères construire des mûrs de ciment qui n’isolent pas de la chaleur ni du froid alors que les ciments de terre rouge font tout cela. Il s’étonne, et ça le ronge, de voir son peuple plonger tête baissée dans la modernité qui leur fait perdre leur identité et leurs connaissances. Il s’efforce de préserver le savoir-faire traditionnel que ce soit dans l’agriculture, le bâtiment ou les plantes médicinales. Comme l’Artemisia Anna  qui empêche le palu et que l’OMS sous la pression de l’industrie pharmaceutique avait fait interdire ( même de la cultiver). Depuis l’année dernière, grâce à des pays comme le Ghana, l’interdiction est tombée et Jacques en est bien heureux. Cette tisane, prise en cure une fois par an, permet au corps de rejeter le plasmodium transmis par les moustiques et cause du paludisme. Comme un vaccin naturel.

Nous parlons aussi de ses projets pour la suite. S’enrichir  avec le tourisme ? Non, mais en faire profiter les plus démunis de façon intelligente et durable. Avec des prêts d’animaux, de bétails, de graines etc… De l’aide durable, de la formation, et réapprendre à ceux qui ont oublié le savoir-faire des anciens.

Nous mangeons autour du feu, alors que les singes jouent en sautant de branche en branche et que les antilopes, à quelques pas de là, nous ignorent. La nuit tombe, les bruits de hyènes se font entendre puis celui du lion . Le lion rugi, nous sommes sur son territoire, il aime passer ses nuits là où nous avons décidé de planter les tentes. Mais Jacques nous rassure avec un conte africain  qui explique comment, depuis le jour où une lionne pour se venger de son lion l’a envoyé se battre contre un homme armé d’un arc, celui-ci n’attaque plus les humains, le plus grand prédateur. C’est alors qu’avec le bruit des animaux et notamment celui du lion, nous passons la soirée à discuter et écouter des contes et légendes africains. Jacques et Achille (son apprenti) prennent plaisir à nous les raconter et à se souvenir des vieux qui leur contaient le soir au village.

Le matin le réveille est prévu pour 6h. Ça fait deux nuits déjà que nous dormons peu. Il est temps d’aller rejoindre nos tentes Quechua seuls abris contre les lions. Ce soir nous sommes seuls dans tout le parc, même les gardes sont en weekend. Aucun autre visiteur, aucun autre guide. Les deux seules autres véhicules de visiteurs ne passaient pas la nuit dans le parc. Nous sommes seuls, Jacques, Achille, Nina et moi, face à la nature, et surtout au lion. Mais pas de panique nous avons une tente !

C’est cette nuit-là, alors que le lion ne cesse pas de rugir et de se rapprocher du campement, que Nina a choisi pour avoir de la fièvre. Jacques nous a dit de ne dormir que sur une oreille, je ne me suis pas fait prier pour le faire. Et dans la nuit, alors que nous venions de rentrer dans la tente après en être sorti pour le pipi, un animal au pas bien lourd et rapide est passé non loin de la tente nous jetant un bon coup de stress. Le lion ? Sans doute puisque après ça son rugissement était dans le sens opposé.

A 6h, on se hâte afin de surprendre le lion qui ne doit pas être loin vue la nuit qu’il nous a fait passer. Malheureusement nous ne le verrons pas bien que nous l’avons abondamment entendu… Sûrement que lui ne nous a pas ratés…

Puis nous reprenons notre safari et notre admiration pour cette nature à l’état pur. La savane, les forêts, la brousse, les prairies et les mares se juxtaposent pour le plaisir de nos yeux, de nos oreilles et de notre nez. Les verts qui témoignent des pluies contrastent avec les jaunes pastel qui restent de la saison sèche. Nous en prenons  pleins les yeux et lorsque notre souffle n’est pas coupé devant cette beauté, nous en profitons pour respirer à plein poumon cet air pur.

Malheureusement l’état de Nina ne va pas en s’arrangeant. Son mal de tête ne cesse d’empirer et sa fièvre d’augmenter. La fatigue ? Nous avons très peu dormi depuis quelques jours, entre le concert de Segun et Aston à Cotonou, le voyage de 12h en bus, le départ avant l’aube pour le parc, le nuit dans la tente avec le lion etc. Ou palud ? Elle ne cesse de se faire piquer depuis notre arrivée à Brazza, et à Cotonou ça ne c’est pas calmé.

Nous ne trainons pas trop, bien que nous profitons quand même de la matinée pour observer les troupeaux comme celui de buffle qui a traversé la piste à toute allure, 5m devant le véhicule. Impressionnant, des dizaines et des dizaines de buffles en pleine course devant et derrière le 4X4. Assis sur le toit, nous ne sommes pas rassurés mais admirons le spectacle grandiose que nous vivons . On se rend bien compte de notre faiblesse face à de tels animaux.

En fin de matinée nous sortons du parc et longeons la chaine de l’Atacora en traversant les villages permanents et traditionnels des autochtones, ainsi que ceux éphémères des nomades peuls venus s’installer, comme chaque année, à flanc de montagne pour cultiver les terres durant la saison des pluies. A la saison sèche ils reprendront la route avec leurs troupeaux. Sur la piste, des dizaines de femmes et enfants se dirigent à pied, avec cargaison sur la tête, dans la même direction que nous : vers Tanougou. C’est le jour du grand marché. En effet, chaque dimanche, un marché auquel participent tous les villages des alentours se tient dans le petit village de Tanougou. Un village à flanc de montagne qui veut dire « porte des montagnes ».  C’est ici que les ancêtres traversaient la chaine de l’Atacora. Le village est donc resté un carrefour commerciale où chacun vient vendre ses céréales, ses produits animaliers ou artisanaux. Mais nous, en dehors du marché, c’est les cascades qui nous attirent ici. De majestueuses chutes qui coulent des roches lisses de l’Atacora. Le lieu est magique, au fond du village, plusieurs cascades qui s’enchainent dont une grande de plusieurs dizaines de mètres. Nous en profitons pour manger mais ne nous attardons pas trop, l’état de Nina s’aggrave sérieusement. Ce n’est surement pas la fatigue.

Ce qui est rassurant c’est qu’à Tanguieta il y a un hôpital tenu par des Italiens qui est réputé dans toute l’Afrique de l’Ouest. Nous en avons même entendu parler jusqu’à Nouadhibou en Mauritanie, à Nioro du Sahel au Mali et bien souvent à Cotonou.

Arrivé là-bas, après avoir tout de même prie une douche (après une nuit dans la savane, c’est la moindre des choses…), nous constatons que le « meilleur hôpital » du Bénin ne donne pas envie d’y rester trop longtemps… Ce n’est peut-être pas plus mal, ça peut faire effet placebo… Le médecin qui nous reçoit, apparemment pas inquiet par l’état de Nina, nous demande de patienter pendant qu’il termine sa pintade et son riz qu’il mange à la main sur le bureau des consultations.  Après plusieurs minutes, l’assiette est vide, il demande les symptômes, prend la température, constate la fièvre, me demande d’aller cherché un ticket à la caisse et fait appeler un médecin. « A  parce que vous n’êtes pas médecin? Non, le dimanche ils ne travaillent pas, mais il va venir, allez chercher un ticket à la caisse pour le dossier ». Je fais la queue à la caisse un petit moment (comme au supermarché) jusqu’à ce qu’enfin l’hôtesse, ou la caissière, me présente la facture et le ticket. Ça y est Nina a le droit de voir le médecin. Mais le dernier n’est pas encore là puisqu’il ne travaille pas, nous sommes dimanche. Mais Nina est déjà sous perfusion. Nous patientons une bonne heure quand enfin le médecin arrive. Bien agréable, très courtois, aussi gentil que l’infirmier qui nous a acceuilli avec sa pintade et qui depuis a mangé un autre plat de pâte et … de pintade. Étonné par le nom de Nina il demande d’où elle vient : « ah tient une voisine, moi je suis Kinois ». Ben voilà comment se faire soigner dans un village du nord du Bénin par un Congolais. Prise de sang et compagnie. Le temps passe, ça va mieux, le médecin rentre chez lui en nous rassurant, s’il y a un problème il n’habite pas loin. Les résultats arrivent un bon moment plus tard, rien d’inquiétant, petit début de palud, on peut rentrer chez Jacques. Pour une fois ce n’est pas moi qui est eut la perf !

Le lendemain journée de repos, on décale le retour sur Cotonou. Malheureusement le mal perdure, ce n’est pas que le palu mais bien une sinusite qui s’est infectée. Nina ne quitte pas la chambre de toute la journée. Sa tête lui fait mal même si elle n’a pas de fièvre. Le lendemain nous prenons le bus tout de même pour rentrer à Cotonou. Ce fut un véritable calvaire pour Nina. 11h de bus avec un mal de tête insupportable et un chauffeur qui klaxonne sans cesse et sans raison. Ajouté à cela un enchaînement de séries ghanéennes et nigérianes avec un doublage surnaturel. Lorsque enfin le bus s’arrête à St Michel près de la maison, nous sommes bien heureux et Nina se hâte d’aller se coucher.

L’aventure nord Bénin, comme à chaque fois que j’y suis allé, restera une fois de plus dans les annales.

Tanguieta est un lieu magique, authentique et chaleureux. La majorité des maisons sont encore traditionnelles, les femmes portent les habits traditionnels,  la bonne humeur et la politesse sont une tradition. La chaleur et la tranquillité de la région de Tanguieta, ajouté à cela ses paysages, sa faune et sa flore, en font pour moi le plus beau coin du Bénin.

Julien

Pour tous ceux qui souhaitent s’y rendre, voici l’email de Jacques : samhmal@yahoo.fr

Plus que votre guide, il sera votre ami tout le long de votre séjour et fera tout pour vous arranger. De plus son hôtel dispose de chambres confortables mais aussi de cases traditionnelles et d’une véritable Tata Somba. Pour plus d’informations contactez-moi.

Publicités

Une réflexion sur “Face à la Nature (BENIN)

  1. Pingback: Invitation au voyage |Voyage explorer - Destinations de vacances

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s