Un jour au Pérou…

Le bruit de la porte en métal raisonne. Nous sommes déjà réveillés depuis quelques minutes. Il est l’heure de partir. Le sac est près. Nous le sommes aussi. Bien habillés, nous prenons les couvertures en laine d’alpaga que Ravelina nous a préparé, et rejoignons Javier dans la cour de la modeste maison familiale. Il est deux heures du matin à Sicuani et les rues sont mortes. Dans le silence et l’obscurité nous marchons jusqu’à la station-service. Un camion nous y attend. Alors que Javier accompagne le chauffeur dans sa cabine nous sommes invités à nous installer inconfortablement dans la benne à bestiaux. Aucun animal avec nous, seulement des pattes d’alpagas sacrifiés pour remplir le ventre des hommes.

Dans un raffut qui brise le silence de la nuit, le camion prend la route de la cordillère. La lune est quasiment pleine et le ciel parfaitement dégagé. Pas de goudron sur la piste mais de la poussière. Le froid nous gèle les pieds et les secousses retournent l’estomac. Recroquevillés dans un coin sous nos couvertures nous encaissons les -10 degrés et les kilomètres qui nous rapprochent de la brillance de l’astre qui s’oppose au soleil.

Puis comme une délivrance, après quatre heures de calvaire, le camion s’arrête enfin. Juste à temps pour que nous puissions contempler le lever du soleil. Mais nous n’avons pas de temps à perdre, le troupeau doit déjà être parti. Derrière Javier qui trotte comme un cabri, nous marchons à près de 5000 m d’altitude dans le paysage grandiose et sauvage de la cordillère.

(A l’aube dans la cordillère péruvienne – 2012)

Alors que le soleil se lève calmement, la lune à son opposé brille encore, comme pour résister à l’ordre naturel qui se répète chaque jour. La lumière éclabousse le ciel jouant avec les couleurs et les formes. Émerveillés de cette symphonie nous avançons durant une heure ou peut-être plus sans savoir où nous allons. L’espagnol-quechua est lourd dans nos oreilles françaises ! Parfois si rugueux que l’on se contente de hocher la tête en espérant avoir bien répondu. Nous passons un col. Sur l’autre versant nous rencontrons enfin le troupeau d’alpagas guidé par un couple et leur jeune enfant. Nous déjeunons ensemble les quelques fruits et le pain que nous avons apporté, le tout dans l’ambiance calme des matins et timide des montagnards.

(Sourire de la montagne – Pérou 2012)

(Le soleil se lève sur les transhumances – Pérou 2012)

Javier, le couple et leur enfant, les trois chiens, le cheval, les alpagas, Nina et moi prenons la route des transhumances. Nous devons rejoindre un autre camp de l’autre côté des montagnes. Le petit Christian se retrouve rapidement sur mes épaules au-dessus du sac à dos. Son sourire accrocheur, son caractère fanfaron et son innocence en ont vite fait mon ami ! Quelques heures de marche ne suffisent pas à délier les langues des montagnards mais peuvent faire d’un enfant votre meilleur ami.

Nous voici au deuxième camp. Quelques petites maisons posées au milieu d’une plaine nichée à 4800 m entre les sommets de la cordillère. Les bêtes sont réunies dans un parc. Les quelques habitants du lieu s’activent et rassemblent leurs affaires. C’est le grand départ ! On ne redescend pas dans la vallée tous les quatre matins. Dans trois jours le mariage de la sœur de Javier sera célébré. Personne ne veut rater la fête. Nous ne la raterons pas non plus puisque nous y sommes invités.

(Les couleurs du coeur – Pérou 2012)

En attendant, il faut patienter, le camion doit revenir nous chercher. Le voilà qu’il arrive. Une partie du troupeau est amenée devant le véhicule. Le choix commence ! Et un à un les malheureux qui sont choisis par les éleveurs se retrouvent dans la benne serrés comme des sardines. Vingt sept alpagas, cinq moutons et quelques chèvres et poulets. Peut-être les changent-ils de camp ? Je tente la question sans trop de conviction mais avec un peu d’espoir. Eh ben non, ce sera bel et bien la viande pour le mariage.

Toute la cargaison est entassée dans le véhicule. Les dizaines de bêtes et les vingt humains. Nous sommes en équilibre sur les barres de la benne au-dessus des têtes d’alpagas qui vivent sans doute leurs dernières heures. La route dans la cordillère est magnifique avec vue sur les sommets de plus de 6000 m. Les bêtes ne les voient pas. Sur la bétaillère, l’alcool et la coca circulent. On se passe les bouteilles et des poignées de feuilles. Les blagues déclenchent le rire des femmes. Les enfants s’endorment entrelacés avec les chèvres. Mes jambes tétanisées retiennent mon poids et celle du sac posé sur moi. J’apprécie tout de même pleinement cet instant de bonheur simple au vent frais et pur de la cordillère.

A l’arrivée au village quelques 2000 m plus bas, les animaux sont déchargés dans la cour des futurs mariés. Nous allons maintenant rentrer à Sicuani une dizaine de kilomètres plus loin. Comme il n’est que le début de l’après-midi nous allons pouvoir nous promener comme prévu avec Maria la sœur de Ravelina. C’était sans compter sur la cérémonie !

Nous l’ignorions mais maintenant que la famille, amis proches et les animaux sont là, il y a la cérémonie qui précède le mariage. Et bien sûr nous y sommes conviés. Invités dans le cercle des proches, nous nous y assoyons timidement. Chaque seconde les paroles du maître de cérémonie, celles des mariés puis les rituels nous plongent un peu plus dans le Pérou traditionnel.

(Les futurs mariés prient à travers la coca – Pérou 2012)

La coca est omniprésente lors de la cérémonie. Les feuilles sont triées et rangées en lot puis distribuées à chacun. Et chacun se doit, nous compris, d’entreprendre des rituels avec la feuille sacrée. Les prières se tournent vers les dieux et notamment Pachamama la terre-mère. Une prière chrétienne faite à genoux par toute l’assemblée est la seule inscription du Vatican dans la cérémonie. Le reste est pure tradition animiste et ancestrale. Certains rituels nous frappent par leurs similitudes avec ceux des religions animistes africaines.

Puis les alpagas sont aspergés par les futurs mariés de bière fraîche.  Le coup d’envoi est donné. Devant nos yeux, six heures durant, les vingt sept alpagas sont exécutés. Attrapés par les pattes, un à un, ils sont frappés derrière la nuque par un gros bâton puis égorgés dans la foulée. Les gestes sont rapides et précis. Les couteaux sont aiguisés sans cesse. Le sang coule à flots. Je ne pense pas en avoir déjà vu autant dans ma vie. Ils semblent faire en sorte de ne pas infliger de souffrance à la bête. Mais c’est nier que ces animaux pensent et ont une âme car c’est devant le regard anéanti de ceux qui ne sont pas encore mort que les autres sont exécutés et dépecés. Les alpagas vivants finissent par se tourner contre le mur. Ils évitent d’eux-mêmes cette souffrance. Ils ne bougent plus. Sont aussi stoïques que moi. Lorsque les hommes viennent les prendre ils s’agenouillent comme pour supplier. Puis dans une fatalité déconcertante se laissent sacrifier sans lutter.

On me demande de photographier et de filmer pour les souvenirs de la famille. Cela me permet peut-être de mettre un filtre entre moi et la scène réelle qui se déroule sous mes yeux. Nous aimerions fuir. Mais nous ne pouvons pas manquer de respect à nos hôtes. Javier est fier et heureux de nous inviter au cœur de leurs traditions et de leurs modes de vie. Pour moi qui suis végétarien, la journée est dur. Autour de nous le sang et la mort.

(Alpagas sacrifiés – Pérou 2012)

(Dépeçage d’alpaga – Pérou 2012)

Les hommes abattent les bêtes et les dépècent d’une main sûre et habille. Les femmes récupèrent le sang et les abats. Elles vident les boyaux et les trient. Chacun est venue aider et les trente personnes présentes ont tous leurs rôles établis.

En début d’après-midi nous avons eu le droit à une soupe à la viande d’alpaga. En début de soirée nous est servi un ragoût d’abats. Ces mêmes abats qui ont été vidé devant nos yeux. Je ne peux pas manger. Je tente quand même d’en boire le jus par politesse mais un haut de cœur à chaque lichée me stop. Nina fait l’effort de terminer. La soirée continue dans la même ambiance alcoolisée que l’après-midi. Les alcools locaux et les bières s’enchainent sans répit. Peut-être l’alcool donne-t-il la force d’accomplir la tâche ?

L’Homme est sauvage c’est certain. Abattre ainsi des bêtes lorsqu’on les a élevées. Mais je pense à ceux qui se contentent de l’acheter sous vide préférant oublier que c’est une vie. Combien de carnivores seraient capables d’élever et d’abattre soi-même leurs viandes ? Les taches délicates sont laissées aux autres. L’Homme moderne n’aime pas se salir les mains et préfère l’ignorer lorsqu’il se les salit quand même. Ces éleveurs ont au moins le mérite de savoir et d’être conscient de ce qu’ils mangent.

(L’Homme est-il innocent? – Pérou 2012)

à 22 h nous rentrons à Sicuani. Ravelina nous attend. Elle est heureuse d’apprendre que nous avons assisté à tout. Nous sommes retournés et fatigués. Notre esprit doit digérer cette journée intense. 20 h après s’être levés cette journée de voyage s’achève enfin !

« Chercher l’authenticité peut parfois donner la nausée. »

La journée du Mariage dans un prochain article !

Julien Masson

(Mon ami Christian – Pérou 2012)

Publicités

2 réflexions sur “Un jour au Pérou…

  1. Quel beau récit !
    Le partage des coutumes des villages que vous traversez, des familles qui vous reçoivent, est vraiment une belle expérience de la vie. Toutefois, il est vrai que certaines pratiques, certains rites pourraient nous choquer, nous européens, mais ils ont très probablement tout leur sens pour ces autochtones. « Chercher l’authenticité (et la rencontrer) peut parfois donner la nausée », mais une fois tout cela digéré, restent de merveilleux souvenirs pour vous. La preuve en est ton regard et celui de ton ami Christian.
    Les photos sont magnifiques, tellement colorées.
    Continuez à nous faire partager votre voyage à travers d’autres récits tout aussi vivants.

  2. Pingback: Il était une fois un mariage ! (PEROU) « Partage Voyage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s