QU’EST CE QUE LA GUERRE DES KIVUS ?

Carte des KivusJoseph Conrad, ancien capitaine de steamer (bateau à vapeur) pour le compte de la Compagnie du Commerce et de l’Industrie du Congo, écrivait en 1904 : « c’est tout de même incroyable que la conscience de l’Europe qui a abolit il y a soixante-dix ans le trafic d’esclaves pour des motifs humanitaires, tolère aujourd’hui l’Etat du Congo. C’est un peu comme si la pendule de l’ordre moral avait retardée de plusieurs heures. » A cette époque coloniale, le Congo perdait déjà 6 000 000 d’humains…

110 ans après… Un monde s’active dans la folle course de sa Civilisation, bien pensant, le civilisé consomme et consomme, à l’aise dans son sofa, ralle devant les inflations du marché et la spéculation qui le dépasse et lance d’un crie de muet ses discours humanistes ou idéologiques. Sous le silence de ses pantoufles délicates, un autre monde agonise, un monde qui meurt dans le silence, qui souffre sans voix, qui pleure sans larme, dans les méandres de la Civilisation, la fourmilière d’esclaves qui triment pour que le sommet de la pyramide, la face visible de la grande parade, puisse s’activer dans sa terrible frénésie. Conrad tira de ses aventures au Congo, un roman titré « Au cœur des ténèbres ». Il savait à quel point ses mots étaient justes, ce qu’il ignorait, c’est que 110 ans plus tard, si le Congo est toujours le cœur des ténèbres oubliés, la région des Kivus est le fin-fond de ses entrailles.

Les différents observateurs de cette guerre lucrative qui ravage cette zone de l’est du Congo avancent des chiffres qui font tourner la tête, et pour la deuxième fois en un siècle et demi, on parle de 6 000 000 de morts et des centaines de milliers de femmes violées.

Pourquoi ? Qu’est-ce qu’est la Guerre des Kivus ?

On ne parle ici ni de guerre ethnique ou idéologique, ni de combat pour la liberté, ni même pour une quelconque cause. C’est la guerre des enfers, celle qui n’a plus de raison ni de codes, ni de règles, ni de lois. Il n’y que des groupes de mercenaires, de seigneurs de guerre, de barbares, d’enfants soldats, se partageant les miettes du gâteau. Derrière ce drame, un marché, celui de la consommation, le grand marché de la civilisation, le rythme cardiaque de notre système pompe son sang dans des millions d’êtres humains vivant dans les enfers comme celui des Kivus.
Les ressources minières de l’est du Congo dépassent toutes les attentes et tous les pronostiques. De l’or, du cuivre, des diamants,….. et du coltan. Ce système établi et indétrônable a besoin pour se maintenir, de cette nuée d’esclaves et de guerriers, qui loin de ce marché et dans l’ignorance la plus absolue des droits de l’homme ou d’une quelconque paix, s’activent dans ces tourments pour que vivent paisible, les consommateurs que nous sommes.
Au delà des chiffres, au delà des raisons économiques ou historiques, au delà même de la notion de guerre ou de massacre, il y a des êtres humains qui souffrent dans le silence et l’oublie, dans l’anonymat, vivants en dehors du grand marché, survivants simplement pour le satisfaire, pour lui permettre de maintenir son pouvoir et sa dictature mondiale. Dans la misère la plus effroyable, dans l’agonie la plus douloureuse, la plus grande souffrance est de n’être qu’une ombre, un oublié, un anonyme sur lequel aucun regard ne se pose.
« Des souffrances indicibles sont infligées à des millions de congolais et ce depuis bientôt deux décennies. Dans un silence assourdissant, aucuns médias ni principaux décideurs politiques du monde ne bougent, ne s’éveillent devant le passé, le présent et le futur de cette région du monde et de ses populations forcées à subir un système établit, qui convient à la plus grande majorité ». Ingeta
Et pourtant, la région des Grands Lacs est sans aucun doute une des plus belles du monde; elle regorge de vie, d’une faune et d’une flore incroyable, et plus encore d’une richesse humaine fantastique. « Au coeur des Ténèbres » vivent des humains fières, forts et  lumineux, d’un courage exemplaire, d’une profonde humanité, car ils affrontent le pire en étant le meilleur. La guerre fait naitre les héros dit-on, et le Congo en est comblé de ces héros anonymes, de ces combattants de la paix, ces hommes et surtout ces femmes qui portent non seulement l’espoir mais aussi l’avenir. Malgré une histoire matraquée, la République Démocratique du Congo, ce gigantesque pays (plus de 4 fois la France!) est source de création, d’entreprenariat, d’une volonté puissante, d’un élan qui rayonne en et autour de lui. Et les Congolais, et les Congolaises, peuvent-être certains que demain, leur pays aura la place qu’il devrait avoir, grâce à eux, grâce à leur créativité, à leur détermination, à leur courage, et à cette paix qu’ils souhaitent tous.
La région du Kivu (ou des Kivus) est avant tout un paradis, faisons en sorte qu’il le soit pour tous ceux qui y vivent.
____________________________________________
Avec G4P, nous travaillions actuellement à la réalisation d’un film documentaire « Etre une Femme aux Kivus » et à la mise en place d’une plateforme d’informations sur la zone. Nous partirons  -avec Antoine Guide – en mai/juin (2014) dans la région des deux kivus (sud et nord) afin de réaliser un film sur ces femmes qui vivent dans une des zones les plus difficiles de la planète.
Je vous invite à nous rejoindre sur la page facebook « Femmes des kivus » et le site internet www.leskivus.com
Merci de votre soutien pour cette cause, merci pour ces femmes, car il y a des douleurs et des crimes qui ne doivent rester dans l’ombre, ne jamais rester impunis ou oubliés.
Julien
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s