L’aimant des villes

La tradition scrute la modernité - La Paz (Bolivie)

La tradition scrute la modernité – La Paz (Bolivie)

Perché dans les airs, profanant le royaume des êtres à plumes, dans un de ces oiseaux de fer qui polluent l’atmosphère et sa légèreté, je survol l’Amérique des grandes plaines. Souvent, les Etats-Unis, dans nos idées atrophiées, ce sont les grandes villes. Ce qui m’amène ici c’est tout le contraire. Ce sont les grands espaces que le vieux continent, depuis trop longtemps peuplé par l’Homme blanc, son ambition ravageuse, sa curiosité mal placée et son orgueil démesuré, n’ont pas sus préserver. Ces grandes plaines qui sont synonymes mêmes de la liberté. Là où ont couru Sitting Bull et Crazy Horse, là où des nuées de Bisons détallaient librement avant que le visage pâle, en quatre siècles, réduisit leur nombre de plus de 50 000 000 à 750 ! Ces plaines qui se confondent avec le ciel, défiant l’horizon, concrétisant la notion étrangère à notre esprit, d’infinité, de la non-limite, de l’expantion éternelle. Perché là-haut, où devrait être l’aigle et non l’Homme, je rêve de courir comme un Sioux, dans les herbes de la plaine. Lire la suite

Publicités

La folie citadine

Broadway - New York 2013

Broadway – New York 2013

Je me balade sur Broadway avec la démarche des Gendarmes, la tête qui oscille vers les cieux, et Saez qui hurle dans mes oreilles d’une voix nasillarde : « God blesse America ». Je ne peux pas m’empêcher de sourire bêtement, comme un enfant, c’est que j’ai l’impression d’être dans un film. Étrange ressenti. New-York, on a l’impression de connaitre pis en même temps, on ne connaît pas. Si bien que, lorsqu’on y est, ça semble irréel  spectateurs une fois de plus, du rêve américain, du délire mégalomane d’un pays prophète, d’une propagande bien faite. « America is God ! » pour bien du monde, mais pas pour le bien du monde. Les drapeaux flottent patriotiquement sur les façades des tours de Babel, qui s’élancent comme des minarets vers le ciel, caressent les dieux, insolents, d’acier et de ciment, de brique et de fric, de sueur et de labeur. L’irrégularité, l’imperfection, qui par leur dichotomie en font la perfection est anéanti dans la construction des démons fait homme, en éloge de la ligne droite, du carré, du parallèle et du perpendiculaire. L’architecte à équerre n’est qu’un profane de la nature qu’il blasphème. Elle, d’un nombre d’or ou de rien, souffle la vie dans chaque recoin. Lire la suite

La capitale sucrée (BOLIVIE)

Comme une cerise sur le gâteau, Sucre est sur les Andes. Une douceur dans l’aridité de l’altitude. Une ville haute en couleur mais surtout majestueuse. Capitale  éclipsé par la Paz mais qui garde toute son importance historique lorsqu’on sait que c’est ici, à la Casa de la Libertad que fut signée l’indépendance de la Bolivie  le 6 août 1825. Toute l’élégance d’une ville coiffée par l’Histoire. De ses ruelles pavées à son architecture coloniale, de ses églises splendides à son blanc immaculé qui contraste le bleu du ciel azur.

Son marché central s’anime tous les jours. Le matin les jus de fruits frais se vendent comme des petits pains. Pour les plus gourmands des salades de fruits sortis d’un monde enchanté se déguste assis sur un banc en admirant ces femmes qui les préparent. Gâteaux, beignets, empanadas se vendent dans les rues. A l’étage du marché central, les veilles dames vendent d’abondantes assiettes dans lesquels cohabitent patates, riz, salades, viande, œufs, oignons et betteraves. On mange ensemble, on savoure et on admire cette cuisine populaire .

Les monuments historiques, les musées et les places ne manquent pas d’intérêt ni de laisser sous le charme. Comme le parc Bolivar qui accueille chaque soir des centaines de personnes de tous les âges qui viennent développer leur talent de danseur ! Incroyable ballet qui se joue sous le regard des plus timides. Les fanfares jouent dans tous les coins et font danser les citadins dans une bonne humeur contagieuse.

Prendre de la hauteur en grimpant par le chemin de croix sur le cerro Churuquella en humant le parfum envoûtant des eucalyptus ou admirer la vue sur la ville depuis la place du monastère La Recolta permet outre  de passer un agréable moment, se rendre compte que la capitale de la Bolivie n’est pas à mettre dans le sac des grands centres urbains sans âme.

Le 2 septembre en Bolivie, c’est la journée sans voiture ! Nous avons pu profiter pleinement de la perle des Andes dans un silence édifiant. Les enfants jouent dans les rues, les vélos circulent sans crainte et défilent  fièrement, les vieux savourent une glace, la ville est plus vivante que jamais.

Ah que c’est bon une ville sans klaxon sans fumée d’échappement, sans embouteillage. Une ville pleine de piétons aux  parcs pleins de danseurs, d’enfants, de vieux et d’amoureux. Le soir la musique bas son plein comme le cœur de cette capitale qui pour une fois n’a rien en commun avec les autres. Sucre, nichée entre les montagnes, à l’air semblable à celui du midi, n’a pas de mal à nous faire comprendre pourquoi ici les Hommes ont aimé rester.

 

Julien Masson

Aventure dans les Balkans: Episode 1 (SERBIA)


SERBIA

Après 17 heures de route nous arrivons enfin à Belgrade en Serbie. Nous constatons rapidement qu’ici le temps semble s’être arrêté. A quelle époque ? Difficiles à dire pour nous qui sommes nés au milieu des années 80 ! Mais il y a comme une image dans notre esprit de ce que pouvait être le monde de l’autre côté du mur avant sa chute de 89.

Lire la suite